Batterie d'ordinateur Acer Aspire 3500

Le constat est différent du côté des haut-parleurs intégrés, comme en atteste la courbe de réponse en fréquence qui ne laisse percevoir que les médiums et hauts-mediums. Les graves et les aigus brillent par leur absence. Toutefois, comme sur le Stealth, le résultat n'est pas des plus catastrophiques à l'oreille. Le Blade 14 a la bonne idée de ne pas chercher à offrir une puissance maximale trop forte et évite ainsi une trop grande saturation. Au final, et comme presque toujours, il s'agit clairement sur un rendu de "dépannage", pratique pour regarder une vidéo sur YouTube ou pour les sons système, mais pas pour écouter de la musique. Fin du mois de janvier oblige, Nintendo vient de publier son bilan à l'issue des neuf premiers mois de son année fiscale en cours. Dans l'ensemble, les affaires sont restées sans surprise assez peu vigoureuses, mais près de 15 millions de copies écoulées de Pokémon Soleil et Pokémon Lune ont toutefois bien aidé à remplir les caisses dans les dernières semaines de 2016.Sur les neuf premiers mois de son année fiscale en cours, c'est-à-dire du 1er avril au 31 décembre 2016, Nintendo a réalisé un chiffre d'affaires de 311 milliards de yens, soit un peu moins de 2,6 milliards d'euros. La tendance est claire : il s'agit d'un repli de 26,9 % par rapport aux recettes enregistrées sur l'exercice précédent. Le bénéfice d'exploitation, lui, a atteint un peu plus de 26 milliards de yens (214 millions d'euros), en baisse de 38,1 % sur l'année. Le résultat net, par contre, navigue à contre-courant : avec presque 103 milliards de yens (847 millions d'euros), il signe un impressionnant rebond de 153,9 % par rapport à la même période en 2015. Ce chiffre, toutefois, est un brin trompeur. Comme nous le soulignions déjà en octobre, il est en bonne partie le fruit de la cession de parts que détenait Nintendo au sein de l'équipe de baseball des Seattle Mariners — une manœuvre qui a permis de mettre la main sur la bagatelle de 63,5 milliards de yens (522 millions d'euros) de liquidités.

La fin d'année, cependant, n'a pas été mauvaise pour le fabricant japonais. Si la Wii U n'a guère fait que de la figuration sur les étals (300 000 machines écoulées) et que les titres de la console n'ont pas franchement déchaîné les foules (4,17 millions de copies vendues), la 3DS s'est, de son côté, chargée de remplir les caisses. Sur la période des fêtes, 3,73 millions de consoles ont trouvé preneur, tandis que 27,29 millions de jeux ont été écoulés — pour un total de 320,96 millions au 31 décembre 2016. Et la locomotive de cette performance, vous l'aurez compris, n'est autre que Pokémon. À eux seuls, Pokémon Soleil et Pokémon Lune ont représenté plus de la moitié des ventes de la période, soit 14,69 millions de copies. Après Pokémon GO, c'est le deuxième carton de l'année pour The Pokémon Company. Et Nintendo, en tant qu'actionnaire, ne peut que se frotter les mains.

Pour la fin de l'année fiscale, la firme a toutes les raisons de se montrer confiante. Si le lancement de Fire Emblem Heroes (le 2 février) ne devrait pas bouleverser la donne, il en va tout autrement pour la Switch et The Legend of Zelda: Breath of the Wild (le 3 mars), sans oublier l'arrivée en mars de Super Mario Run sur Android. Toujours sur le front mobile/portable, il est en outre question de faire tous les efforts nécessaires pour "maintenir le buzz autour des titres à succès que sont Pokémon Soleil, Pokémon Lune et Super Mario Maker sur Nintendo 3DS, ainsi que de lancer de nouveaux titres tels que Mario Sports Superstars". Seul (petit) point noir à l'horizon : la version mobile d'Animal Crossing, annoncée en même temps que Fire Emblem, ne sera finalement lancée qu'au cours de "la prochaine année fiscale". Comme nous venons de le voir, le nouveau bundle de Nvidia ne concerne donc que ses deux modèles haut de gamme, les GeForce GTX 1080 et GeForce GTX 1070, qu'ils soient vendus comme des cartes graphiques de bureau ou intégrés à des ordinateurs portables. Après achat auprès d'une boutique en ligne partenaire de l'offre — laquelle doit figurer dans la description du produit — et passé le délai de rétractation, un code est envoyé par email à l'acquéreur. À partir de là, Nvidia instaure une petite nouveauté dans la démarche : il n'est désormais plus nécessaire de passer par le site de Nvidia de manière à obtenir un second code. Non, désormais, le code obtenu est à saisir directement dans l'utilitaire GeForce Experience qui se chargera d'ajouter tout seul le jeu sur le compte de la plateforme de téléchargement — uPlay dans le cas présent. Une manière pour la firme d'imposer encore un peu plus son utilitaire qui, s'il regorge de fonctionnalités intéressantes, s'avère assez bavard en matière de remontées de données.

Toujours est-il qu'après saisie du code, l'utilisateur doit choisir entre deux titres (un seul est offert) : For Honor (sortie le 14/02) ou Tom Clancy's Ghost Recon Wildlands (sortie le 07/03). Le premier est un jeu de combat à la troisième personne prenant place à l'ère médiévale et où il est possible d'incarner tant un samouraï qu'un chevalier ou un viking. Le second est un jeu de tir tactique en monde ouvert prenant place en Bolivie ; il est jouable tant en solo qu'en coopération. Fin du mois de janvier oblige, Nintendo vient de publier son bilan à l'issue des neuf premiers mois de son année fiscale en cours. Dans l'ensemble, les affaires sont restées sans surprise assez peu vigoureuses, mais près de 15 millions de copies écoulées de Pokémon Soleil et Pokémon Lune ont toutefois bien aidé à remplir les caisses dans les dernières semaines de 2016.

Sur les neuf premiers mois de son année fiscale en cours, c'est-à-dire du 1er avril au 31 décembre 2016, Nintendo a réalisé un chiffre d'affaires de 311 milliards de yens, soit un peu moins de 2,6 milliards d'euros. La tendance est claire : il s'agit d'un repli de 26,9 % par rapport aux recettes enregistrées sur l'exercice précédent. Le bénéfice d'exploitation, lui, a atteint un peu plus de 26 milliards de yens (214 millions d'euros), en baisse de 38,1 % sur l'année. Le résultat net, par contre, navigue à contre-courant : avec presque 103 milliards de yens (847 millions d'euros), il signe un impressionnant rebond de 153,9 % par rapport à la même période en 2015. Ce chiffre, toutefois, est un brin trompeur. Comme nous le soulignions déjà en octobre, il est en bonne partie le fruit de la cession de parts que détenait Nintendo au sein de l'équipe de baseball des Seattle Mariners — une manœuvre qui a permis de mettre la main sur la bagatelle de 63,5 milliards de yens (522 millions d'euros) de liquidités.

La fin d'année, cependant, n'a pas été mauvaise pour le fabricant japonais. Si la Wii U n'a guère fait que de la figuration sur les étals (300 000 machines écoulées) et que les titres de la console n'ont pas franchement déchaîné les foules (4,17 millions de copies vendues), la 3DS s'est, de son côté, chargée de remplir les caisses. Sur la période des fêtes, 3,73 millions de consoles ont trouvé preneur, tandis que 27,29 millions de jeux ont été écoulés — pour un total de 320,96 millions au 31 décembre 2016. Et la locomotive de cette performance, vous l'aurez compris, n'est autre que Pokémon. À eux seuls, Pokémon Soleil et Pokémon Lune ont représenté plus de la moitié des ventes de la période, soit 14,69 millions de copies. Après Pokémon GO, c'est le deuxième carton de l'année pour The Pokémon Company. Et Nintendo, en tant qu'actionnaire, ne peut que se frotter les mains.

Pour la fin de l'année fiscale, la firme a toutes les raisons de se montrer confiante. Si le lancement de Fire Emblem Heroes (le 2 février) ne devrait pas bouleverser la donne, il en va tout autrement pour la Switch et The Legend of Zelda: Breath of the Wild (le 3 mars), sans oublier l'arrivée en mars de Super Mario Run sur Android. Toujours sur le front mobile/portable, il est en outre question de faire tous les efforts nécessaires pour "maintenir le buzz autour des titres à succès que sont Pokémon Soleil, Pokémon Lune et Super Mario Maker sur Nintendo 3DS, ainsi que de lancer de nouveaux titres tels que Mario Sports Superstars". Seul (petit) point noir à l'horizon : la version mobile d'Animal Crossing, annoncée en même temps que Fire Emblem, ne sera finalement lancée qu'au cours de "la prochaine année fiscale". Le fabricant BenQ vient de dévoiler son premier moniteur USB-C. Le BenQ PD2710QC permet ainsi d'alimenter un ordinateur portable, de dupliquer les ports USB et d'afficher l'image à l'aide d'un seul et unique câble.

Les caractéristiques du moniteur BenQ sont assez classiques. Il embarque une dalle IPS de 27 pouces affichant une définition Quad HD de 2 560 x 1 440 px. Le fabricant annonce une luminosité de 350 cd/m2, un contraste de 1000:1, des angles de vision de 178°, un temps de réponse de 5 ms et une couverture de 100 % de l'espace colorimétrique sRGB. L'écran est mat et l'ergonomie bien pensée (réglage en hauteur sur 18 cm, inclinaison -5°/+20° et pivot). L'écran est dépourvu de scintillement (Flicker-Free) et dispose également d'un filtre de lumière bleue.

Le moniteur BenQ PD2710QC se démarque de la concurrence grâce à sa connectique. Derrière l'écran, on retrouve une entrée HDMI, une entrée DisplayPort, une entrée Mini DisplayPort et même une sortie DisplayPort. BenQ a eu la bonne idée de déporter une partie de la connectique sur la base. Cette dernière offre ainsi quatre ports USB 3.0, dont deux sur la tranche, un port Ethernet, une autre sortie DisplayPort, une sortie casque et le fameux port USB-C. Ce dernier délivre jusqu'à 61 Watts pour recharger un ordinateur portable et il permet également de faire transiter le signal vidéo, de dupliquer les ports USB et le port Ethernet à l'aide d'un seul câble.

Ce moniteur devrait être disponible dans le courant du premier trimestre 2017. Son prix n'a pas encore été communiqué, mais il faudra débourser au moins 500 €. Entamé au mois de juin 2016, le programme de rappel des batteries défectueuses sur certains modèles de notebooks HP vient d'être relancé et concernerait quelque 110 000 produits dans le monde, achetés entre mars 2013 et octobre 2016. Les gammes Envy, Pavilion, Presario et ProBook seraient ainsi touchées par un problème de batterie défaillante. Selon le constructeur : "Les batteries affectées sont susceptibles de surchauffer, et exposent les clients à un risque d'incendie et de brûlures". HP prend ce problème très au sérieux (on les comprend) et propose un système gratuit de remplacement de la batterie de votre notebook, si celui-ci fait partie des malheureux élus. Une double vérification s'impose Un site a été mis en place, contenant de nombreuses informations sur les démarches à suivre et héberge également un petit utilitaire de diagnostique. Détail intéressant, HP encourage une nouvelle vérification, même si celle-ci a déjà été faite lors du programme de rappel de juin dernier : "Il est essentiel de vérifier à nouveau votre batterie, même si vous avez déjà effectué ces vérifications précédemment et que la batterie a été déclarée comme n'étant pas affectée", précise le constructeur.

  1. http://dovendosi.blogghy.com/
  2. http://www.nichtraucher-blogs.de/blogs/dovendosi/
  3. https://www.wireclub.com/users/dovendosi/blog